Le notaire doit avertir des conséquences du non-respect du délai de dépôt de la déclaration de succession

Par testament olographe du 17 mars 1988, Eva, veuve, a institué comme sa légataire universelle la fille de son défunt mari, Béatrice.

Elle est décédée le 16 juin 2007.

Le 26 juillet 2007, son testament a été déposé en l’étude de maître Albert,, notaire, à qui était confié ce règlement de sa succession, notamment la déclaration de succession et le paiement des droits successoraux avant la fin du sixième mois après le décès de Mme Eva.

Le 25 janvier 2008, Béatrice a, sur les conseils du notaire, versé au Trésor public un acompte de 90’000 euro sur les frais de succession.

Par ordonnance du 22 septembre 2008, déposée au rang des minutes par le même notaire, le 18 août 2009, le président du TGI de Paris a envoyé Batrice en possession du legs consenti par sa belle-mère.

La déclaration de succession de Mme Eva a été enregistrée le 22 février 2012

Les droits sur la succession de Mme Eva, représentant 60% de sa valeur, étaient de 497’059 euro, ce qui laissait subsister après règlement de l’acompte de 90 000 euros, un solde de 407’059 euro.

Le 3 avril 2012, la direction générale des finances publiques a sollicité auprès de B »atrice le paiement de la somme de 122’118 euro, à la suite du dépôt tardif de la déclaration de succession.

La responsabilité du notaire a été engagée par la légataire.

Le notaire, investi d’un devoir de conseil vis-à-vis de son client, doit l’avertir personnellement de l’existence et du quantum des sanctions fiscales encourues en cas de non-respect du délai de six mois à compter du décès pour déposer la déclaration de succession et s’acquitter des droits de succession. Cette obligation s’étend à l’information sur la possibilité de demander aux services fiscaux l’octroi de délais de paiement sur plusieurs années, cette facilité s’accompagnant certes d’un intérêt mais à un niveau bien inférieur au taux de l’intérêt de retard.

images

En l’espèce, le notaire ne rapporte pas la preuve d’avoir donné une telle information à la légataire universelle, ce qui ne l’autorise pas à lui reprocher une prétendue lenteur à accepter de vendre les titres au demeurant peu importants eu égard à la déclaration de succession car il est manifeste que les décisions de la légataire auraient été différentes si celle-ci avait été dûment informée de l’importance des sanctions fiscales en cas de retard.

Le manquement du notaire a ainsi fait perdre à la légataire une chance très importante de payer plus rapidement les frais de succession ou d’obtenir leur échelonnement. Ce préjudice doit être évalué à 80 % du montant total des indemnités réglées aux services fiscaux et être indemnisé par la somme de 98’000 euro.

L’incompétence on la trouve chez pas mal de notaires, mais quelle idée de charger un notaire de la rédaction et du dépôt d’une déclaration de succession. Il y a des professionnels qualifiés pour ce travail.


  • Cour d’appel de Paris, Pôle 2, chambre 1, 30 octobre 2018 , RG N° 15/17521

3 réflexions au sujet de « Le notaire doit avertir des conséquences du non-respect du délai de dépôt de la déclaration de succession »

      1. Ah ??? On sait qu’une D.S. n’est qu’une formalité administrative pour encaisser des TAXES, et que toute personne tant soit peu informée , peut l’établir.
        Mais on sait que c’est un des éléments essentiels quand on confie au notaire le règlement d’une succession ; dépot de testament aux minutes , notoriété …. l’attestation immobilière est plus onéreuse, HONORAIRES majorés si la D.S. lui échappe.
        un argument puissant, parmi d’autres..
        Le magazine LE PARTICULIER -sur 30 ans de lecture – n’en a jamais parlé……et pour cause

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.