Effet du reçu pour solde de tout compte non daté par le salarié

Pour avoir un effet libératoire, le reçu pour solde de tout compte doit comporter la date de sa signature par le salarié. Peu importe que celle-ci ne soit pas écrite de la main du salarié, dès l’instant qu’elle est certaine.

Les juges du fond avaient, pour écarter la forclusion des demandes du requérant, énoncé que la date de signature par le salarié doit être mentionnée sur le reçu afin de s’assurer qu’il a bien été signé après la rupture du contrat et de fixer le point de départ du délai dont dispose l’intéressé pour le dénoncer, soit « dans les six mois qui suivent sa signature, délai au-delà duquel il devient libératoire pour l’employeur pour les sommes qui y sont mentionnées » (C. trav., art. L. 1234-20, al. 2).

La cour d’appel avait constaté que si le solde de tout compte avait manifestement été établi le 17 avril 2009, la signature du salarié n’avait pas été suivie de la mention de la date de cette signature ainsi que le prévoyait le document lui-même. Le reçu comportait bien une mention à l’attention du salarié lui précisant qu’il devait mentionner « Bon pour solde de tout compte » suivi de la date et de sa signature ; si la signature et la mention « Bon pour solde de tout compte » étaient bien présentes, en revanche la date de la signature faisait défaut. Pour les magistrats de la cour d’appel, la date de signature de la pièce litigieuse demeurant inconnue, son caractère libératoire ne pouvait être utilement invoqué. Aussi, le reçu pour solde de tout compte n’étant pas daté par le salarié, celui-ci ne saurait se voir opposer le moindre délai libératoire.

Saisie par la société employeur, la chambre sociale de la Cour de cassation a désavoué les juges du fond leur reprochant, en statuant comme ils l’ont fait, alors qu’il résultait de leurs constatations que le reçu pour solde de tout compte comportait une date, d’avoir violé l’art. L. 1234-20 du Code du travail.

La Cour de cassation juge que, pour faire courir le délai de six mois à l’expiration duquel le salarié ne peut plus dénoncer le reçu pour solde de tout compte, ce dernier doit comporter la date de sa signature, peu important que celle-ci ne soit pas écrite de la main du salarié, dès l’instant qu’elle est certaine.


  • Cour de cassation, Chambre sociale, 20 février 2019, n° 17-27.600, FS-P+B

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.