Le client a le libre choix de son avocat. Une clause de non-concurrence n’engage pas ce dernier si elle porte atteinte à ce principe

M. X, avocat, associé unique de la SCP Y X , a conclu plusieurs conventions avec la société Fidufrance (la société), la première dite de succession moyennant le paiement d’une indemnité, la deuxième dite de collaboration d’une durée de quatre ans pour assurer l’efficacité de la présentation de clientèle, et une troisième dite de non-concurrence pendant trois ans ;  reprochant à M. X de ne pas avoir exécuté de bonne foi ces conventions et d’avoir ainsi compromis le transfert de la clientèle, la société a sollicité l’arbitrage du bâtonnier pour obtenir le paiement de dommages-intérêts .

Unknown

La société a fait grief à l’arrêt d’appel de déclarer nul l’engagement de non-concurrence souscrit par M. X, alors, selon le moyen soutenu par elle, que le principe de libre choix de l’avocat par son client interdit seulement d’imposer un avocat à un client ;’il n’empêche en revanche pas un avocat de refuser d’apporter son concours à un client ; dès lors, en jugeant que l’engagement de non-concurrence souscrit par M. X, en ce qu’il empêche ce dernier de conseiller ou d’assister d’anciens clients, porterait atteinte au droit fondamental du client de choisir l’avocat de son choix, la cour d’appel a violé l’art. 1134 du Code civil, dans sa rédaction applicable en la cause, et le principe de liberté de choix de la clientèle .

Mais après avoir relevé que la clause litigieuse stipule que M. X s’engage, durant trois ans à compter de la cessation de ses fonctions au sein de la société, à ne pas prospecter, conseiller, proposer ses services ou s’intéresser, directement ou indirectement, à tout client auquel la SCP Y X avait facturé ses services au cours des vingt-quatre derniers mois ayant précédé la signature de la convention de non-concurrence, l’arrêt énonce, notamment, que cette clause ne constitue pas seulement une clause de « non-sollicitation de la clientèle », mais encore qu’en ce qu’elle interdit à M. X  de conseiller ou assister les clients désignés, et en ce qu’elle le contraint à refuser un dossier que ces clients souhaiteraient lui confier, elle a pour conséquence d’interdire à ceux-ci de le choisir comme conseil, de sorte que la liberté de choix du client n’est pas respectée ; de ces constatations et appréciations, la cour d’appel a pu déduire que cette clause portait une atteinte excessive à la liberté de choix de leur avocat par les clients et n’était pas proportionnée aux intérêts légitimes à protéger.

Le pourvoi de la société est rejeté.


  • Cour de cassation, Chambre civile 1, 21 mars 2018, RG n° 17-16.762, inédit

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.