Responsabilité du #notaire après l’annulation d’une vente de lots de copropriété à réhabiliter (#VEFA déguisée)

Après avoir été démarché par la société Patrimoine conseil du Centre, M. Z a acquis plusieurs lots de copropriété d’un immeuble situé à Vierzon devant être réhabilité et transformé en résidence à usage d’habitation, l’acte authentique ayant été dressé par Mme X, notaire ; pour financer cette acquisition, il a souscrit un prêt auprès de la banque HSBC ; les travaux de réhabilitation de l’immeuble n’ayant pas été réalisés, l’acquéreur a assigné la société Patrimoine conseil du Centre, depuis en liquidation judiciaire, la société Lamy, syndic de la copropriété, la SCP A, notaire.

La SCP notariale et les MMA font grief à l’arrêt d’annuler la vente conclue entre la société Patrimoine conseil du Centre et M. Z et de les condamner in solidum à payer diverses sommes, alors, selon le moyen soutenu par eux :

1°/ que la vente d’immeuble à construire est celle par laquelle le vendeur s’oblige à édifier un immeuble dans un délai déterminé par le contrat ; qu’il résulte des propres constatations de l’arrêt qu’aux termes tant du « compromis de vente » que de l’acte authentique de vente, qui constituaient la loi des parties, la venderesse n’avait pris aucun engagement de réaliser les travaux, dont les acquéreurs ne s’étaient pas engagés à lui payer le montant, lequel n’était pas inclus dans le prix de vente ; qu’en retenant, néanmoins, que la vente devait être requalifiée en vente en l’état futur d’achèvement, aux motifs inopérants que des « documents précontractuels », auxquels les actes de ventene se référaient pas, avaient été établis, décrivant un état futur des immeubleset mentionnant des travaux chiffrés, le coût des travaux « à la charge des acquéreurs » démontrant qu’ils était importants, nécessaires à la destination de l’immeuble, et modifiaient substantiellement l’aménagement intérieur de l’immeuble, et un « prévisionnel » existant pour des travaux de construction-réhabilitation, dont une part significative aurait été à la charge de la venderesse, qui aurait dû financer les travaux de viabilisation, dits « de réseaux », la cour d’appel a violé les articles 1601-1 et 1601-3 du code civil, et les articles L. 261-1 et L. 261-3 du code de la construction et de l’habitation ; 

2°/ que la souscription d’un engagement contractuel suppose une manifestation de volonté de s’engager ; qu’en se bornant à relever qu’après avoir acquis la propriété de l’ensemble immobilier pour 250 000 euros, la venderesse avait chiffré sa revente à 974 883 euros, pour en déduire que la différence incluait nécessairement des « travaux à sa charge », la cour d’appel, qui a statué par un motif impropre à caractériser en engagement de la venderesse à prendre en charge des travaux de construction-réhabilitation de près de 700 000 euros, la cour d’appel a violé les articles 1101 et 1134 du code civil ; 

3°/ qu’il n’est d’engagement contractuel sans volonté de s’engager ; qu’en se bornant à relever qu’un « prévisionnel » aurait existé « pour des travaux de construction-réhabilitation, dont une part significative (près de 700 000 euros) » aurait été à la charge de la venderesse, la cour d’appel, qui n’a ainsi caractérisé aucun engagement de la venderesse à réaliser ces travaux, a violé les articles 1101 et 1134 du code civil ; 

4°/ que la vente d’immeuble à construire est celle par laquelle le vendeur s’oblige à édifier un immeuble dans un délai déterminé par le contrat ; que de simples travaux de viabilisation ne constituent pas des travaux d’édification d’un immeuble ; qu’en se bornant à retenir qu’il serait résulté de « documents précontractuels » que la venderesse devait financer les travaux de viabilisation de l’immeuble, pour requalifier la vente en vente en l’état futur d’achèvement, la cour d’appel a violé les articles 1601-1 et 1601-3 du code civil, et les articles L. 261-1 et L. 261-3 du code de la construction et de l’habitation ; 

Mais yant constaté que le vendeur avait fait établir un programme de réhabilitation comportant un descriptif des travaux, tant de gros oeuvre que de finitions intérieures, que ce soit pour les parties communes ou les parties privatives, avec l’existence d’un prévisionnel dont une part significative était à sa charge, et qu’il devait financer les travaux primordiaux et essentiels à la viabilisation de l’immeuble, permettant de caractériser sa division, d’aménager l’essentiel des communs, d’assurer l’accessibilité à l’immeuble, de distribuer les fluides et d’en assurer l’assainissement et la mise hors d’eau, le prix de vente incluant le foncier et ses aménagements, et relevé que les travaux à la charge de l’acquéreur avaient été définis, décidés et évalués par le vendeur en qualité de maître d’oeuvre selon des plans réalisés par lui avant la vente et que celui-ci avait obtenu le permis de construire correspondant et choisi les entreprises intervenantes, la cour d’appel a pu en déduire qu’il s’agissait d’une vente d’immeuble à construire conclue en l’état futur d’achèvement et devant être annulée en l’absence des mentions légales imposées par la loi .

Le pourvoi est rejeté.

Unknown

Et la SCP notaire et les MMA ont fait grief à l’arrêt d’appel de les condamner in solidum à payer diverses sommes à M. Z, acquéreur, et à la banque HSBC, alors, selon le moyen soutenu par elles : 

1°/ que le devoir de conseil du notaire s’exerce en considération de l’intention déclarée des parties et des faits dont il a connaissance ; qu’en retenant que le notaire avait manqué à ses obligations en omettant de conseiller aux parties de conclure une vente en l’état futur d’achèvement, sans constater que, bien qu’il ne soit pas intervenu dans la négociation préalable à la conclusion de la venteet n’ait été requis que pour authentifier la vente, il aurait eu connaissance des « documents précontractuels » qui, selon elle, aurait imposé la conclusion d’une vente en l’état futur d’achèvement, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard de l’article 1382 du code civil ; 

2°/ que la vente d’immeuble à construire est celle par laquelle le vendeur s’oblige à édifier un immeuble dans un délai déterminé par le contrat ; qu’en retenant, pour dire qu’il aurait dû conseiller la conclusion d’une vente en l’état futur d’achèvement, que le notaire ne pouvait se méprendre sur l’importance des travaux prévus dès lors qu’ils étaient chiffrés dans « la promesse de vente », bien qu’aucun engagement de la venderesse de réaliser ces travaux n’ait été stipulé aux termes de cet acte, la cour d’appel a violé l’article 1382 du code civil, ensemble les articles 1601-1 et 1601-3 du code civil, et les articles L. 261-1 et L. 261-3 du code de la construction et de l’habitation ; 

3°/ que la vente d’immeuble en l’état futur d’achèvement est celle par laquelle le vendeur s’oblige à édifier un immeuble envers l’acquéreur, tenu d’en payer le prix à mesure de l’avancement des travaux ; qu’il résulte des propres constatations de l’arrêt qu’aux termes du « compromis de vente », le montant des « travaux à financer » n’était pas inclus dans le prix de vente des lots mais, au contraire, clairement distingué de ce prix, ce qui excluait que la venderesse se soit engagée à les réaliser en contrepartie du paiement de leur prix ; qu’en retenant que le notaire aurait dû conseiller la conclusion d’une vente en l’état futur d’achèvement au vu du chiffrage de ces travaux, la cour d’appel, qui n’a pas tiré les conséquences légales de ses propres constatations, a violé l’article 1382 du code civil, ensemble les articles 1601-1 et 1601-3 du code civil, et les articles L. 261-1 et L. 261-3 du code de la construction et de l’habitation ; 

4°/ que, sauf accord contraire des parties, la vente opère transfert de propriété de la chose vendue dans l’état où elle se trouve au jour de l’échange des consentements ; qu’en affirmant, pour dire que le notaire avait manqué à ses obligations, qu’une contradiction aurait existé entre le « compromis de vente », précisant que la vente était réalisée « dans l’état, les parties en présence en avant parfaitement connaissance », et l’acte authentique de vente, qui ne comportait pas cette mention, et qu’en conséquence, la vente « n’avait pas été faite « en l’état » », la cour d’appel a violé l’article 1382 du code civil, ensemble l’article 1583 du même code ; 

Mais ayant relevé que Mme Z, notaire, qui avait dressé tous les actes de vente, ne pouvait méconnaître les dispositions légales d’ordre public qui s’imposaient lors d’une vente d’un immeuble inhabitable et non divisé devant faire l’objet d’une complète réhabilitation, ni se méprendre sur l’importance des travaux prévus dès lors qu’ils étaient chiffrés dans la promesse de vente, la cour d’appel a pu, par ces seuls motifs, en déduire que le notaire avait commis une faute en ne proposant pas aux parties le cadre juridique approprié qui aurait permis à l’acquéreur de bénéficier de la garantie d’achèvement .

Les pourvoi est aussi rejeté de ce chef.


  • Cour de cassation, Chambre civile 3, 18 février 2016, pourvoi 15-12.712, rejet, inédit

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.