Les élus doivent être bien informés du projet d’installation d’un dispositif de vidéo-protection dans la commune

La délibération litigieuse, qui approuve le principe de l’installation d’un dispositif de vidéo-protection sur l’ensemble du territoire de la commune de Nieppe, engage le conseil municipal dans la mise en oeuvre de cette politique publique destinée à assurer la sécurité des citoyens et intéresse les affaires de la commune d’un triple point de vue domanial, avec l’installation de cinquante-huit caméras sur le territoire de la commune, budgétaire avec un coût prévisionnel estimé de 110’000 EUR toutes taxes comprises, et de commande publique avec la passation des marchés publics correspondants. Elle ne saurait dans ces conditions, et contrairement à ce que soutient la commune de Nieppe, être regardée comme une simple déclaration d’intention dépourvue de portée juridique, ni comme un acte préparatoire à la décision préfectorale autorisant l’installation du dispositif en cause. Acte faisant grief, le recours contentieux dirigé à son encontre par deux membres du conseil municipal est recevable, alors-même que le maire est seul compétent pour l’exercice des missions de police administrative générale et que l’installation de ce système de vidéo-protection est soumise à l’autorisation préalable du préfet agissant dans le cadre de ses pouvoirs de police spéciale, en vertu de l’article L. 252-1 du Code de la sécurité intérieure.

D’une part, aux termes de l’article L. 251-2 du Code de la sécurité intérieure dans sa rédaction alors applicable :  » La transmission et l’enregistrement d’images prises sur la voie publique par le moyen de la vidéoprotection peuvent être mis en oeuvre par les autorités publiques compétentes aux fins d’assurer : 1° La protection des bâtiments et installations publics et de leurs abords ; 2° La sauvegarde des installations utiles à la défense nationale ; 3° La régulation des flux de transport ; 4° La constatation des infractions aux règles de la circulation ; 5° La prévention des atteintes à la sécurité des personnes et des biens dans des lieux particulièrement exposés à des risques d’agression, de vol ou de trafic de stupéfiants ainsi que la prévention, dans des zones particulièrement exposées à ces infractions, des fraudes douanières prévues par le dernier alinéa de l’article 414 du code des douanes et des délits prévus à l’article 415 du même code portant sur des fonds provenant de ces mêmes infractions ; 6° La prévention d’actes de terrorisme, dans les conditions prévues au chapitre III du titre II du présent livre ; 7° La prévention des risques naturels ou technologiques ; 8° Le secours aux personnes et la défense contre l’incendie ; 9° La sécurité des installations accueillant du public dans les parcs d’attraction « .

D’autre part, aux termes de l’article L. 2121-12 du Code général des collectivités territoriales :  » Dans les communes de 3 500 habitants et plus, une note explicative de synthèse sur les affaires soumises à délibération doit être adressée avec la convocation aux membres du conseil municipal « . Aux termes de l’article L. 2121-13 du même code :  » Tout membre du conseil municipal a le droit, dans le cadre de sa fonction, d’être informé des affaires de la commune qui font l’objet d’une délibération « . Il résulte de ces dispositions que, dans les communes de 3’500 habitants et plus, la convocation aux réunions du conseil municipal doit être accompagnée d’une note explicative de synthèse portant sur chacun des points de l’ordre du jour. Le défaut d’envoi de cette note ou son insuffisance entache d’irrégularité les délibérations prises, à moins que le maire n’ait fait parvenir aux membres du conseil municipal, en même temps que la convocation, les documents leur permettant de disposer d’une information adéquate pour exercer utilement leur mandat. Cette obligation, qui doit être adaptée à la nature et à l’importance des affaires, doit permettre aux intéressés d’appréhender le contexte ainsi que de comprendre les motifs de fait et de droit des mesures envisagées et de mesurer les implications de leurs décisions. Elle n’impose pas de joindre à la convocation adressée aux intéressés, à qui il est au demeurant loisible de solliciter des précisions ou explications conformément à l’article L. 2121-13 précité, une justification détaillée du bien-fondé des propositions qui leur sont soumises.

En l’espèce, il est constant que la note explicative de synthèse adressée aux conseillers municipaux dans la perspective de la séance du conseil municipal du 27 septembre 2017 se borne, s’agissant du point 10 relatif à la mise en place d’un système de vidéo-protection, à mentionner le nombre de caméras projeté et le coût prévisionnel de l’installation du dispositif. Elle ne précise en revanche ni la localisation des caméras, ni les espaces publics filmés, ne comporte aucune analyse relative à la situation de la commune de Nieppe en matière de sécurité publique et aux motifs, limitativement énumérés par les dispositions de l’article L. 251-2 du code de la sécurité intérieure précitées, pouvant fonder le recours à un tel dispositif, et ne fait état d’aucun élément relatif à la conciliation entre les exigences de sécurité et la préservation des libertés publiques, ni concernant les enjeux budgétaires et financiers de l’installation du dispositif en cause. Les membres du conseil municipal n’ont, ainsi, pas été mis en mesure d’appréhender le contexte ni de comprendre les motifs de fait et de droit des mesures envisagées et de mesurer les implications de leurs décisions.

Si la commune de Nieppe soutient que, au cours de l’année 2017, les élus ont été informés du projet en cause et se sont vu délivrer les documents nécessaires à l’exercice de leur mandat, elle n’apporte aucun élément de nature à établir la réalité de cette allégation. Les circonstances selon lesquelles des éléments, au demeurant peu précis, ont été apportés au cours de la séance du conseil municipal, le projet avait été rendu public dès le mois de janvier 2017 et Mme D et Mme A n’ont pas exercé leur droit à l’information en application des dispositions de l’article L. 2121-13 du Code général des collectivités territoriales précitées, ne sont pas de nature à regarder les exigences liées au respect des dispositions de l’article L.2121-12 du même code comme satisfaites.

Il résulte de tout ce qui précède que la commune de Nieppe n’est pas fondée à soutenir que c’est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Lille a annulé la délibération du 27 septembre 2017 autorisant la mise en place d’un dispositif de vidéo-protection.

Pierre Redoutey


  • Cour administrative d’appel de Douai, 2e chambre, 24 novembre 2020, req. n° 19DA01349

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.