La cour reconnaît l’utilité de l’intervention du généalogiste mais refuse de lui accorder la moindre contrepartie rémunératoire

Le 23 novembre 2017, Gilberte I. décédait sans laisser de testament.

Le 30 mars 2018, estimant ne pas disposer de suffisamment d’éléments pour établir la dévolution successorale du défunt, maître M., notaire en charge de la succession, mandatait le cabinet généalogique des Pyrénées pour rechercher les héritiers.

Cette étude généalogique identifiait Mesdames D. et M. nées I., nièces de la défunte comme héritières et par courriers en date du 3 mai 2018, leur faisait savoir qu’elle établissait une dévolution dans laquelle elles pourraient faire valoir des droits et leur proposait de leur révéler l’origine de cette succession.

Ce courrier était accompagné d’un contrat de révélation de succession prévoyant la rémunération du généalogiste pour le travail accompli et le service rendu. Par la suite, après négociations, l’étude généalogique acceptait de réduire le montant des honoraires initialement sollicités à 20 % HT à valoir sur l’actif net à récupérer après déduction du passif et des droits de mutation.

Les intéressées refusaient toutes deux de signer le contrat de révélation de succession.

Par acte du 19 novembre 2018, le cabinet de généalogie successorale a assigné Mme D. et Mme M. devant le tribunal de grande instance d’Avignon afin de les voir condamner sur le fondement des dispositions des articles 1300 et suivants du Code civil relatives à la gestion d’affaire et sur l’article 1240 du même code, au paiement d’une somme correspondant à 35 % des actifs nets reçus ou à recevoir sans pour autant chiffrer sa demande.

Retenant l’utilité des diligences accomplies par le cabinet de généalogie, le tribunal judiciaire d’Avignon, par jugement contradictoire du 6 janvier 2020, a débouté le cabinet Généalogique des Pyrénées de sa demande en paiement d’une somme correspondant à 35% HT des actifs nets reçus ou à recevoir par elles dans la succession de Mme P. en ce compris tous éventuels capitaux d’assurance vie, correspondant à celle qu’il aurait dû percevoir si le contrat avait été signé et s’il avait été confronté a des héritiers de bonne foi.

Le tribunal a retenu que le gérant d’affaires ne pouvait prétendre au paiement d’une rémunération, quand bien même il aurait agi à l’occasion de sa profession et qu’il était seulement fondé à obtenir le remboursement de ses dépenses et des frais exposés à l’occasion de ses diligences dont il devait justifier.

Le cabinet de généalogie a relevé appel.

–o–

Sur l’utilité des investigations effectuées par le cabinet de généalogie :

L’article 1301-2 du Code civil dispose que celui dont l’affaire a été utilement gérée doit remplir les engagements contractés dans son intérêt par le gérant. Il rembourse au gérant les dépenses faites dans son intérêt et l’indemnise des dommages qu’il a subis en raison de sa gestion.

S’il revient au généalogiste invoquant la gestion d’affaires de justifier de sa gestion, il incombe aux héritiers concernés par la révélation de démontrer l’absence d’utilité de l’intervention du généalogiste lorsque le cabinet a été mandaté par le notaire, ce dont il découle une présomption d’utilité.

En l’espèce, il est établi que le cabinet de généalogie a été mandaté le 30 mars 2018 par maître M., notaire chargé de la succession de Gilberte I., décédée le 25 novembre 2017, soit quatre mois après le décès.

Mmes D. et M. ont été contactées par le cabinet de généalogie le 3 mai 2018 aux fins de révélation de la succession mais ont refusé de signer le contrat de révélation de succession qui leur était proposé prévoyant une rémunération du cabinet à hauteur de 35 % de l’actif net revenant à chacun des héritiers.

L’acte de notoriété a été établi par maître M. le 6 septembre 2018 en présence du cabinet de généalogie mandaté auquel a été annexé le tableau généalogique établi par ce dernier et en présence des nièces de la défunte, filles du frère de la défunte, Mmes D. et M. héritières de a totalité pour moitié, celles-ci s’étant fait représenter par le notaire pour l’établissement de cet acte.

C’est vainement que les intimées concluent à l’inutilité des diligences accomplies par le cabinet de généalogie alors qu’elles ne produisent aucun élément objectif de nature à établir qu’elles avaient effectivement connaissance de leur qualité d’héritières avant le courrier qui leur a été adressé le 3 mai 2018 en l’absence de la preuve d’une prise de contact avec le notaire chargé du règlement de la succession antérieurement à cette date.

L’attestation émanant de leur cousine, Mme F., qui affirme avoir elle-même eu connaissance du décès au mois de janvier 2018 et en avoir immédiatement informé ses cousines qu’elle savait héritières de la défunte, n’est corroborée par aucun élément et la lettre qu’elles ont adressée au cabinet de généalogie le 7 juin 2018 en proposant un paiement de 15 % de la succession atteste du contraire puisqu’elles ont précisément évoqué l’utilité des diligences accomplies précisées comme suit :

« Pour avoir établi, le lien de parenté avec ma tante, soit une génération (la soeur de mon père) et de nous avoir contacté (consultation du livret de famille, avec quatre actes civils et la consultation de base de données Insee), nous vous proposons un paiement de 15 %« .

C’est donc par des motifs pertinents que le premier juge a retenu l’utilité des diligences accomplies par le cabinet de généalogie et la décision mérite confirmation sur ce point.

Sur les demandes en paiement présentées par le cabinet de généalogie :

– Sur l’indemnisation au titre de la gestion d’affaires :

Il est constant que le généalogiste qui, par son activité professionnelle a rendu service à l’héritier ne peut être indemnisé, en l’absence de tout contrat, qu’à hauteur des dépenses spécifiques utiles ou nécessaires exposées pour la recherche de l’héritier considéré et la détermination de ses droits successoraux et ne peut prétendre au paiement d’une rémunération.

Bien que l’appelant se fonde principalement sur les règles de la gestion d’affaires au soutien de sa demande en paiement, il réclame cependant la condamnation de chacune des héritières à lui payer la somme représentant 35 % net de l’actif successoral, en ce compris les capitaux d’assurance-vie et sollicite ainsi la somme strictement identique à celle prévue dans le contrat de révélation de succession.

L’appelant entend ainsi obtenir le paiement d’honoraires tels que contractuellement stipulés alors qu’aucun contrat de révélation de succession n’a été signé entre les parties et que les règles applicables à la gestion d’affaires ne visent que l’indemnisation des dépenses utiles et non la rémunération d’une prestation sur laquelle les parties ne s’étaient pas accordées.

C’est donc vainement que l’appelant sollicite une indemnisation à partir de l’assiette de la succession au moyen d’un accroissement du patrimoine des héritières dû à la mission qui lui a été confiée en sa qualité de professionnel par un officier public, ces éléments étant indifférents dans le cadre de la mise en oeuvre des règles de la gestion d’affaires seules applicables en l’espèce découlant des dispositions de l’article 1301-2 du code civil.

Si ce texte prévoit le remboursement des dépenses utiles et l’indemnisation des dommages subis en raison de la gestion, l’appelant est mal fondé à solliciter l’allocation de la somme correspondant à 35 % HT des actifs nets reçus ou à recevoir dans la succession et ainsi réclamer une somme équivalente à celle à laquelle il aurait pu prétendre au titre du contrat sans apporter de justificatifs précis concernant ces deux postes.

Pour prétendre à l’allocation de cette somme, l’appelant soutient que doivent être incluses les dépenses liées aux investissements et installations du généalogiste professionnel dans les dépenses faites dans l’intérêt du géré ainsi que les honoraires qu’il aurait pu percevoir en travaillant sur d’autres dossiers dans le dommage subi en raison de sa gestion.

L’appelant ne produit cependant aucun élément permettant de quantifier précisément les dépenses et les pertes alléguées et se contente de procéder de manière forfaitaire en calquant sa demande d’indemnisation au titre des diligences sur la rémunération à laquelle il aurait pu prétendre au titre du contrat.

Sous couvert d’une indemnisation au titre de la gestion d’affaires, l’appelant entend ainsi obtenir le paiement de la rémunération dont il a été privé du fait de l’absence de signature du contrat de révélation de succession.

L’argument selon lequel l’indemnisation réclamée serait conforme aux usages contractuels, au droit positif et à l’analogie légale résultant du régime applicable aux frais de régie domaniaux est inopérant dès lors que l’appelant s’abstient de justifier concrètement par des éléments objectifs du montant des dépenses engagées et du dommage subi.

Le moyen selon lequel l’appelant, le cabinet généalogique, entend voir fixer une indemnisation plancher correspondant à 15 % HT des actifs nets reçus ou à recevoir dans la succession que Mmes D. et M. avaient proposé de lui régler dans le cadre des négociations préalables à l’introduction de l’instance est également inopérant dans la mesure où aucune transaction entre les parties n’a été signée.

Sa demande ne peut donc prospérer de ce chef et sera rejetée par voie confirmation de la décision déférée.

Sur l’indemnisation au titre du mandat :

Aux termes des dispositions de l’article 1301-3 du Code civil, la ratification de la gestion par le maître vaut mandat.

L’appelant réclame la rémunération sur le fondement d’un mandat conféré au généalogiste par les héritières en se prévalant de la ratification du mandat par la signature de l’acte de notoriété reçu par le notaire le 6 septembre 2018 portant la mention de l’intervention du généalogiste.

Il se prévaut à cet égard à la fois d’une ratification claire et non équivoque résultant de la signature de l’acte conjointement avec le généalogiste et d’une ratification tacite de la gestion effectuée à leur bénéfice valant mandant de les justifier dans leurs droits à la succession de la défunte.

La ratification suppose que soit établie l’existence d’une volonté certaine de ratifier et que la décision soit intervenue en connaissance de cause.

En l’espèce, il découle de l’acte de notoriété que celui-ci a été signé par Mmes D. et M. selon procuration conférée au notaire Maître M.. N’ayant pas personnellement comparu lors de l’établissement de cet acte, il ne saurait être tiré de la signature conjointe par les héritières et du cabinet de généalogiste une volonté non équivoque des premières de ratifier la gestion effectuée par le second.

Le moyen du cabinet généalogique sera donc également rejeté.

Sur les demandes de dommages-intérêts :

Succombant en sa prétention principale, l’appelant sera également débouté de sa demande de dommages-intérêts portant sur la somme de 1 euro au titre d’un préjudice moral découlant de l’absence de volonté de trouver une solution amiable et transactionnelle avant l’ouverture d’un contentieux que le cabinet de généalogie impute à tort aux héritières qui avaient pourtant effectué une proposition de règlement laquelle a précisément été refusée par le professionnel.

Le droit d’agir en justice n’étant susceptible de dégénérer en abus que dans l’hypothèse de malice ou mauvais foi équipollente au dol non caractérisée en l’espèce, les intimées seront également déboutées de leur demande de dommages-intérêts à hauteur de la somme de 6.000 EUR en réparation du préjudice allégué pour procédure abusive, les griefs tirés d’un acharnement procédural du cabinet de généalogie et de l’exercice d’une pression morale n’étant pas fondés.

Sur les autres demandes :

Partie perdante en appel, le cabinet de généalogie des Pyrénées sera condamné à en régler les entiers dépens en application des dispositions de l’article 696 du Code de procédure civile sans que l’équité commande de faire application des dispositions de l’article 700 au profit des intimées qui seront déboutées de leur prétention de ce chef, tout comme l’appelant en ce qu’il succombe.


  • Cour d’appel de Nîmes, 1re chambre civile, 20 mai 2021, RG n° 20/00527

A lire sur le même sujet :

En cas de gestion d’affaires, le généalogiste qui, par son activité professionnelle, a rendu service à l’héritier, ne peut être indemnisé, en l’absence de…

Un commentaire

  1. Cet article me paraît tout à fait éclairant dans le cas de la succession de mon fils et je vous en remercie.

Laisser un commentaire