La nouvelle arnaque : propositions d’investir dans les EHPAD

A la suite de signalements d’épargnants, l’Autorité des marchés financiers (AMF) met en garde le public au sujet de propositions d’investissement dans des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Comme c’est souvent le cas, ces propositions sont majoritairement issues de sites internet usurpant le nom d’acteurs financiers ou de grands groupes du secteur. « De grands acteurs du secteur des maisons de retraite médicalisées et du secteur financier ont alerté le public sur l’usurpation de leur identité ou de celle de leurs collaborateurs dans le cadre de démarchages téléphoniques ou par courriels incitant des particuliers à investir dans des Ehpad au travers de faux produits d’épargne ou d’investissement (livrets, fonds d’épargne à taux garantis, chambres d’Ehpad vendues à la découpe en Espagne et au Portugal) », précise le régulateur dans une missive.

Depuis le début de l’année, l’AMF a reçu plusieurs centaines de demandes d’épargnants concernant ce type de propositions d’investissement, ce qui témoigne d’une démarche de commercialisation particulièrement active de ces offres frauduleuses. Le procédé semble proche des propositions de placement dans des places de parking d’aéroport contre lesquelles le gendarme financier avait mis en garde le public en juin 2020.

Les placements sont présentés comme hautement rentables (entre 6% et 10% par an) et sans risque, mais il n’y a en réalité aucune acquisition ni location de chambres d’Ehpad derrière les offres frauduleuses de ce type.

Le préjudice moyen déclaré par les épargnants ayant contacté l’AMF est particulièrement élevé, avoisinant les 60.000 EUR.

–o–

Nous avons vu fleurir des escroqueries sur des valeurs refuges revenant dans la crise, comme le vin et l’immobilier, mais aussi des nouveautés à l’image de chambres d‘Ehpad ou de parking», précise Dominique Laboureix (AMF). Concrètement, le pôle commun de superviseurs a rajouté plus de 1.100 acteurs non autorisés sur ses listes noires en 2020, soit plus du double par rapport à l’année dernière, faisant monter le total d’acteurs frauduleux ou douteux inscrits sur ces listes à 2.400. L’usurpation d’identité ou le clonage de sites autorisés sont en augmentation. Le préjudice moyen atteint 40.000 euros, 45.000 euros dans le cas d’une usurpation.


Sources : AMF et © AGEFI

Un commentaire

  1. Ne pas faire confiance à un notaire allez voir.les impôts qui vous renseigneront et une association
    Trop de victimes de notaires

Les commentaires sont fermés.