Contestation de la signification du jugement par huissier

L’huissier de justice doit relater dans l’acte les diligences qu’il a accomplies pour effectuer la signification à la personne de son destinataire et les circonstances caractérisant l’impossibilité d’une telle signification

Aux termes de l’article 538 du code de procédure civile,’le délai de recours par une voie ordinaire est d’un mois en matière contentieuse.

En l’espèce, le jugement ayant été signifié aux consorts C D et E F le 3 février 2021, en principe, l’appel aurait du être exercé avant le 3 mars 2021.

Il ne l’a été que le 5 mars 2021.

Les consorts C D et E F se prévalent de la nullité de la signification du jugement, mais les époux Y leur opposent l’irrecevabilité de ce moyen qui n’a pas été soulevé avant toute défense au fond, dans les conditions prévues par les articles 74 et 914 du code de procédure civile.

Mais c’est à tort, car si les exceptions de nullité d’actes de procédure doivent en principe être soulevées avant toute défense au fond, elles peuvent être soulevées après une demande au fond, en réponse à un moyen de défense soulevé par le défendeur.

Ainsi, les consortsC D et E F auxquels est opposé la tardiveté de leur appel, peuvent opposer l’irrégularité de la signification qui a fait courir le délai d’appel, quand bien même ils ont auparavant conclu sur le fond.

C D et E F contestent la validité de la signification du jugement par l’huissier, en ce qu’elle n’a pas été faite à leurs personnes.

Aux termes des articles 654 et 655 du code de procédure civile: la signification doit être faite à personne…

Si la signification à personne s’avère impossible, l’acte peut être délivré soit à domicile, soit, à défaut de domicile connu, à résidence.

L’huissier de justice doit relater dans l’acte les diligences qu’il a accomplies pour effectuer la signification à la personne de son destinataire et les circonstances caractérisant l’impossibilité d’une telle signification…

La régularité de la signification du jugement est discutée en ce que l’huissier n’aurait pas accompli toutes les diligences utiles pour une signification à personne du jugement.

Il ressort du descriptif des démarches accomplies par l’huissier, et qui font foi jusqu’à preuve contraire, eu égard à sa qualité d’officier ministériel, qu’il a rencontré au domicile des intéressés, Z D, mentionnée comme la fille de C D et la belle-fille de E F, qui a accepté de recevoir la copie de l’acte en absence momentanée de ses parents.

Les consorts C D et E F contestent cette version des faits en indiquant que C D se trouvait à son domicile mais était immobilisé par une fracture de la jambe et que E F était à son travail situé à quelques mètres du domicile, ce que leur fille lui avait indiqué.

Ils produisent aux débats des attestations de:

– leur fille Z D, selon laquelle l’huissier, averti que son père était au domicile et que sa mère travaillait a préféré rester au portail et lui remettre les actes sans même s’assurer de son identité,

– Le témoin L M indiquant avoir prodigué des soins à C D, à son domicile, le 3 février 2021 entre 10 heures et 11 heures,

– Les témoins N O, P Q, R S, T U, B-V W, C AA et AB AC, tous indiquant avoir consulté E F à son cabinet le 3 février 2021 à différents horaires de la matinée.

Maître Christian Bourgeonnier, huissier de justice, interrogé par les époux Y sur les conditions de remise de l’acte, a précisé dans un courrier daté du 26 août 2021 qu’il avait remis l’acte à la fille des requis après que celle-ci lui avait indiqué à travers le portail que ni son père ni sa mère n’était présent pour prendre l’acte qu’elle avait accepté, sans évoquer le moindre cabinet de travail de sa mère.

Eu égard à la valeur probante supérieure des mentions figurant dans l’acte d’huissier sur les témoignages produits, il y a lieu de considérer que les diligences accomplies par l’huissier pour tenter de signifier l’acte à personnes ont été suffisantes, et qu’il n’y a donc pas lieu d’annuler l’acte de signification du 3 février 2021.

Dans ces conditions l’appel interjeté par les consorts C D et E F le 5 mars 2021 doit être considéré comme tardif et irrecevable au regard de l’article 538 du code de procédure civile.


  • Cour d’appel d’Aix-en-Provence, Chambre 1-5, 8 mars 2022, RG n° 21/03390

Un commentaire

  1. lorsque dans une succession l’un des Héritiers est S.D.F. (pas d’adresse connue).

    Comment faut-il procéder pour les formalités successorales, pour la vente de la maison ?
    Que peut faire un Huissier de Justice dans ce cas ? peut-il se référer à la dernière adresse connue ,
    Succession largement positive.
    (Il parait que c’est assez fréquent un SDF dans une succession )

Les commentaires sont fermés.