Le revenge porn (vengeance pornographique) sur internet entre ex

 

Le revenge porn ou encore la vengeance pornographique est un acte de cyberharcèlement qui consiste à publier du contenu à caractère sexuel d’une personne, sans son consentement, avec le but est de se venger ou d’humilier.

C’est à bon droit que la prévenue a été reconnue coupable d’avoir porté à la connaissance de tiers, sans l’accord de la partie civile, député-maire, des enregistrements d’images à caractère sexuel obtenus avec son consentement. En effet, l’article 226-2-1 du Code pénal a pour objectif d’élargir la protection de la vie privée sexuelle et de réprimer les vengeances entre ex-conjoints ou ex-amants qui se sont multipliés ces dernières années et ont été nommés « revenge porn ».

Dans cette affaire, il est établi que le plaignant, avec lequel la prévenue a eu une relation adultérine, lui a envoyé par SMS et MMS des photos et vidéos à caractère sexuel le représentant et qu’elle a, après leur rupture, montré ces vidéos à des membres du personnel municipal et à des tiers au cours d’une réunion publique dédiée à la lutte contre le racisme. Or, elle savait parfaitement qu’il était opposé à la diffusion de ces images ; d’ailleurs, son mari a tenté de le faire chanter en le menaçant de divulguer ces documents. Il convient donc de confirmer la condamnation.


  • Cour d’appel de Montpellier, 1re chambre correctionnelle, 6 Janvier 2021, RG n° 18/00336

Laisser un commentaire